SOPHROLOGIE LUDIQUE
ACCUEILAGENDAFORMATIONS INSCRIPTIONS CONTACTLIENS INFO LETTRE
HISTORIQUE
LES OUTILS
ACTIVITE LUDIQUE
PHENOMENOLOGIE
APPLICATIONS
LE JEU

 

 

Les jeux, outils dans la Sophrologie Ludique®, nous permettent d'apprendre sur nous-mêmes en passant par l’expérience de notre corps. Ils nous permettent aussi d'évoluer dans la joie, la liberté, la découverte, la présence et non dans la souffrance. 

 

L'intérêt du jeu consiste à intégrer des éléments paradoxaux car il nous donne un cadre toujours précis, structuré, où la présence et la concentration se manifestent, dans une optique de plaisir, de découverte et de bonheur.
Comme a écrit Huizinga, inventeur en 1930 de la notion de Homoludens, « le jeu est plus ancien que la culture…..et les animaux n’ont pas attendu l’arrivée de l’homme pour qu’il leur apprenne à jouer. Le jeu est une fonction riche de sens, il dépasse même la biologie ».




Il a ainsi démontré que l'être humain peut être ludique toute sa vie. Jouer nous permet de grandir. Il n'y a rien à développer; tout est à recon
naître, tout est déjà en nous. L’instant du jeu intègre le biologique et le culturel, en nous permettant d’être nous-mêmes.

En citant Huizinga, le jeu est une fonction riche de sens. Il nous invite à considérer le jeu au-delà de la fonction biologique de survie, de conservation, ainsi que son rôle dans l’enfance. Le jeu accompagne le mouvement de la culture en se différenciant de la vie courrante. Les grandes activités humaines tantôt primitives comme actuelles sont déjà toutes entremêlées de jeu : les rites, les offrandes, le droit, le commerce, l’industrie, l’art, la poésie, la sagesse, la science, les relations, prennent leur racines dans le champ d’action ludique.

Des scientifiques, philosophes ont considéré le jeu de manière sérieuse, par exemple

« Le jeu est la forme la plus élevée de la recherche » Einstein.

Il faut entrer dans le jeu, il ne supporte pas le scepticisme notait Paul Valéry

 

« Dans le jeu se réaffirment l’intérieur et l’extérieur au même moment.
C’est une zone de distension dans laquelle le cerveau se repose car il est dans un état de neutralité, dans lequel les excitations et inhibitions du système nerveux sont synchronisés avec l’état créatif. Seulement dans le jeu l’homme peut être libre pour créer, le jeu étant l’espace le plus court qu’il y a entre le royaume du possible et de la liberté». (Briggs J. Y Peat D.)


« Tout jeu est d’abord avant tout une action libre » Huizinga

 

 

 



ACCUEIL
AGENDA
FORMATIONS INSCRIPTIONS
SOPHROLOGIE LUDIQUE
CONTACT
LIENS
INFO LETTRE